- FSSS - http://www.fsss.qc.ca -

Le personnel du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue réclame la pleine reconnaissance de son expérience

8 mai 2019

Pour la CSN, le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue doit reconnaître pleinement l’expérience acquise par les salarié-es du réseau. Depuis le 2 avril dernier, tout le personnel a été intégré dans une nouvelle structure salariale, sans prendre en compte la position qu’il occupait dans l’ancienne échelle salariale. Par conséquent, plusieurs personnes se retrouvent à un échelon inférieur à celui qu’elles occupaient jusqu’au 1er avril. À cette dévalorisation de l’expérience acquise s’ajoutent d’autres problèmes liés à cette nouvelle structure salariale, notamment des disparités de salaires qui subsistent entre les travailleuses et les travailleurs de l’entretien ménager, qui ne reçoivent pas tous le niveau de rémunération qu’ils devraient avoir.

« Partout au Québec, les établissements du réseau sont aux prises avec des difficultés majeures pour attirer la relève et retenir le personnel plus expérimenté, explique le président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), Jeff Begley. Dans ce contexte, les établissements devraient éviter de se cantonner dans une position qui a pour effet de nier l’expérience acquise par les salarié-es. C’est extrêmement irrespectueux à leur égard. Ils ont donné toute leur carrière à ce réseau! J’invite le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue à corriger la situation sans tarder ».

 « Ce problème, on le voit venir depuis longtemps. Cela fait des mois que nos syndicats interviennent auprès de tous les établissements pour qu’on corrige la situation, poursuit la vice-présidente de la FSSS–CSN dans la région, Annick Trottier. Nous avons interpellé les dirigeants du réseau, de même que la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann et les représentants du Conseil du trésor. Tout le monde convient que la situation est problématique, mais les établissements refusent toujours de reconnaître pleinement l’expérience des salarié-es à leur emploi, alors qu’ils reconnaissent pourtant l’expérience acquise à l’extérieur de l’établissement à leurs nouveaux salariés. C’est profondément injuste, et les salariés touchés le reçoivent comme une gifle au visage. Ce n’est certainement pas la bonne façon de s’attaquer aux problèmes de main-d’œuvre! »

« J’en appelle à la direction du CISSS. Il faut trouver des solutions. Les salarié-es touchés réclament à juste titre la reconnaissance de leur pleine expérience. Le CISSS peut agir! La pleine expérience doit être reconnue pour tous les travailleurs et les travailleuses, réitère la présidente par intérim du SRPPSAM–CSN, Mélissa Michaud. » Ce syndicat, affilié à la CSN, représente le personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers, notamment, les préposé-es aux bénéficiaires, les auxiliaires aux services de santé et sociaux ainsi que le personnel de la salubrité et des cuisines.

Expérience non reconnue au CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue

Depuis le 2 avril dernier, tous les salarié-es sont intégrés dans une nouvelle structure salariale. Or, plusieurs travailleuses et travailleurs se retrouvent plus bas dans leur nouvelle échelle salariale que l’échelon qu’ils occupaient au 1er avril, car toutes les années d’expérience accumulées n’ont pas été prises en compte pour l’intégration des salariés aux nouvelles échelles. Cette non-reconnaissance de la pleine expérience est d’autant plus frustrante pour les salarié-es que l’expérience acquise à l’extérieur de l’établissement est pleinement reconnue aux travailleuses et aux travailleurs qui y obtiennent un nouvel emploi. Par conséquent, on se retrouve avec des situations incohérentes : par exemple, une préposée aux bénéficiaires qui a travaillé 20 ans dans le même établissement est intégrée au 4e échelon et reçoit 21,87 $ l’heure, alors qu’une personne embauchée depuis le 2 avril par l’établissement peut faire reconnaître son expérience acquise dans un autre établissement et intégrer son poste directement au 5e échelon, recevant 22,35 $ l’heure. S’ensuit une démotivation certaine du personnel devant la non-reconnaissance de toutes ces années d’engagement.


URL de l'article: http://www.fsss.qc.ca/abitibi-temiscamingue-experience/

© 2014 FSSS. Tous droits réservés.