< Retour Imprimer
    • 05 NOV 20
    Le personnel administratif demande reconnaissance et respect

    Les agentes administratives, les secrétaires médicales, les secrétaires juridiques, les techniciennes en administration, les techniciennes aux contributions ainsi que les préposées à l’accueil  manifestent ce midi devant les établissements du réseau public de santé et de services sociaux pour réclamer la pleine reconnaissance de leur travail. En négociation pour le renouvellement des conventions collectives, échues depuis le 31 mars, ces travailleuses et ces travailleurs ont fait le point hier sur l’avancement des travaux, en vidéoconférence, avec l’équipe de négociation de la FSSS-CSN. Elles en sont ressorties déçues et en colère.

    Après plus d’une vingtaine de rencontres de négociation sectorielle, le comité de négociation de la FSSS-CSN déplore le peu d’avancées concrètes, notamment pour le personnel administratif. Au nombre des priorités pour ces dizaines de milliers de travailleuses, notons la nécessité de convenir d’une façon respectueuse d’octroyer les postes et de relever la rémunération de certains titres d’emploi pour mieux reconnaître leurs compétences et leur expertise.

    « Cela fait des années que nous dénonçons certaines pratiques des établissements qui, pour économiser quelques sommes, jouent avec la nomenclature des emplois afin de bénéficier de toute l’expertise du personnel sans le rémunérer à sa juste valeur, explique le représentant de cette catégorie de personnel au sein de la FSSS-CSN, Simon Rochefort. Quant aux secrétaires médicales et aux secrétaires juridiques, leur spécialisation doit être valorisée et reconnue ».

    Avec les compressions budgétaires des dernières années et les réformes, ces travailleuses se retrouvent aujourd’hui avec une surcharge de travail qui ne cesse de s’accroître. En outre, les faibles augmentations de salaire octroyées au fil des ans ont creusé un retard de plus en plus important par rapport aux comparateurs à l’extérieur du secteur public, en particulier pour le personnel plus spécialisé. Ainsi, les établissements se retrouvent aujourd’hui avec des difficultés importantes d’attraction et de rétention du personnel.

    « À entendre le gouvernement, le réseau de la santé n’a que deux ou trois titres d’emploi importants et au diable tous les autres, dénonce la vice-présidente régionale de la FSSS-CSN, Marie-Line Séguin. Pourtant, sans le personnel de l’administration, tout le réseau s’effondrerait instantanément. Leur rôle dans nos établissements est absolument essentiel et au lieu de le reconnaître, les employeurs cherchent à les exploiter au maximum. Cela doit cesser! »

    « Il ne faut pas se surprendre de voir aujourd’hui ces femmes se lever et dire ça suffit, enchaîne le président du Syndicat du personnel de bureau au CIUSSS-MCQ, Frédérick Beaulieu. Elles sont dans l’ombre depuis toujours. Pendant des années, elles ont attendu patiemment que le ministère remplisse sa promesse de revoir la nomenclature de ces emplois. Ce temps est révolu. Il y a urgence d’agir pour ce personnel comme pour tous les travailleuses et les travailleurs du réseau public. Nous serons de plus en plus bruyants et visibles! »

    À propos de la FSSS-CSN
    La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte plus de 120 000 membres dans les secteurs publics et privés et ce, dans toutes les catégories de personnel. La FSSS-CSN est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.