- FSSS - http://www.fsss.qc.ca -

Pénurie de personnel dans les CHSLD de Gatineau

15 mars 2012

FSSS-CSN

La CSN en Outaouais se mobilise

En assemblée générale spéciale, le mardi 13 mars, le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé de Gatineau – CSN a adopté un plan d’action afin de remédier aux problèmes de pénuries de préposé-es aux bénéficiaires dans les CHSLD du CSSS de Gatineau.

Le problème criant a rebondi dans l’actualité au cours des dernières semaines. Les préposé-es aux bénéficiaires des quatre CHSLD de Gatineau n’en peuvent plus de travailler régulièrement dans des conditions intenables. C’est que le CSSS n’arrive pas à remplacer les préposé-es qui sont malades ou en congé, ce qui alourdit considérablement la tâche de ceux qui sont au travail. Devant l’incapacité d’assurer le haut niveau de qualité de service auquel les résidents des CHSLD sont en droit de s’attendre, les préposé-es ont lancé plusieurs appels à l’aide. Il y a urgence de s’attaquer sérieusement à ce problème qui perdure. L’heure n’est plus aux promesses, mais bien à l’action.

Avec le soutien de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) ainsi que du Conseil central de l’Outaouais, auxquels il est affilié, le syndicat met donc sur pied un comité de mobilisation spécial qui verra à mousser le dossier publiquement, à tous les niveaux. Diverses interventions sont prévues afin de mettre en œuvre des solutions qui s’articulent autour de trois grands axes :

  • Revoir l’organisation du travail afin d’utiliser les ressources de manière optimale. Les préposé-es aux bénéficiaires des CHSLD doivent être directement impliqués dans ces travaux ;
  • Élargir aux préposé-es l’octroi de la prime de statut particulier offerte aux infirmières et infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Outaouais afin de mieux retenir la main-d’œuvre en poste ;
  • Former davantage de préposé-es pour être en mesure de combler tous les postes disponibles et de reconstituer la liste de rappel permettant de pallier les absences imprévues.

Pour la présidente du syndicat, Josée McMillan, l’objectif visé est de donner aux préposé-es aux bénéficiaires tous les outils dont ils ont besoin pour accomplir adéquatement leur mission.

« C’est extrêmement frustrant de ne pas être capable de donner les services attendus à cause de problèmes organisationnels ou administratifs. D’une part, nous voulons traiter les être humains avec toute la dignité qui s’impose. D’autre part, c’est nous qui côtoyons les résidents au quotidien et nous voyons bien qu’ils ne reçoivent pas les services de qualité auxquels ils ont droit. Un moment donné, la coupe déborde, c’est parfaitement compréhensible. »

La vice-présidente Outaouais de la FSSS-CSN, Phyllis O’Dwyer rappelle pour sa part que plusieurs interventions ont eu lieu tant auprès de l’établissement, de l’agence ou du ministère pour régler le problème avant qu’il n’empire mais que les choses ne se sont pas améliorées.

« L’actualité ces jours-ci est remplie d’exemples de situations déplorables qui surviennent dans les CHSLD du Québec. Or, ici, en Outaouais, le problème de la rétention de main-d’œuvre complique encore davantage la situation. Malgré tout, la qualité des services demeure au rendez-vous, mais ça repose uniquement sur le dévouement des employé-es. Quant à nous, il est clair que la situation est intenable et c’est un gros signal d’alarme qu’on envoie aujourd’hui : il faut se réveiller et trouver des solutions. S’il faut hausser le ton encore plus pour qu’on nous entende, nous le ferons. »

Rencontre avec la député libérale

La CSN en Outaouais a sollicité une rencontre rapide avec la député libérale Maryse Gaudreault afin de faire le point sur la situation et de présenter les pistes de solutions que le syndicat met en avant. Pour le président du conseil central, Michel Quijada, les décideurs doivent passer à l’action et se mouiller.

« Le syndicat a fait son travail en rencontrant la direction du CSSS pour présenter ses solutions. L’Agence régionale est aussi bien au fait du problème et de nos propositions. Mais ni l’un ni l’autre ne s’avance concrètement prétextant de pas disposer de tous les leviers pour mettre en œuvre ces solutions. Ce jeu de ping-pong a assez duré. Nous croyons en la capacité de madame Gaudreault de nous aider à rallier tous les intervenants derrière un même plan d’action. »

En outre, la CSN maintient ouverts tous les canaux de discussion, que ce soit avec l’établissement, l’agence ou le ministère afin d’examiner diverses pistes de solution.

« Nous sommes prêts à écouter toute autre proposition que celles que nous mettons en avant. Nous sommes en mode solution et souhaitons travailler de façon constructive avec toutes celles et ceux qui partagent notre objectif », souligne Michel Quijada.

Mobilisation

Le nouveau comité de mobilisation préparera au cours des prochaines semaines un plan d’action visant à maintenir le dossier bien vivant jusqu’à l’obtention de solutions satisfaisantes. La CSN continue de colliger les signatures d’une pétition réclamant du ministère de la Santé et des Services sociaux qu’ils mettent en place les mesures nécessaires d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre. D’autres actions, à définir, sont à prévoir d’ici le 19 mai prochain, Journée des préposé-es aux bénéficiaires, qui sera une autre occasion à saisir pour mousser le dossier.

Par ailleurs, le syndicat s’opposera à toute mesure punitive du CSSS envers les préposé-es aux bénéficiaires qui ont dénoncé publiquement la situation au cours des dernières semaines, après de nombreuses et infructueuses interventions à l’interne.

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé de Gatineau – CSN représente plus de 2500 employé-es de la santé. Il est affilié au Conseil central de l’Outaouais, à la Fédération de la santé et des services sociaux ainsi qu’à la Confédération des syndicats nationaux. La CSN, ce sont plus de 300 000 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs d’activité.


URL de l'article: http://www.fsss.qc.ca/penurie-personnel-les-chsld-gatineau/

© 2014 FSSS. Tous droits réservés.